vendredi 12 octobre 2018

Rêve d'automne

De temps en temps, j'aime participer à des tags ou des défis lancés par mes copines blogueuses.
Aujourd'hui, c'est au challenge de Frau Pruno que je répond dans le cadre de sa série consacrée: "Rêve d'hiver", "Rêve d'été" et donc aujourd'hui "Rêve d'automne".

Si les deux premiers ne m'ont pas inspirée (je n'aime que moyennement l'hiver et l'été, leur préférant les saisons intermédiaires), l'automne est une saison qui a toutes mes faveurs. A commencer par le fait que deux de mes bébés sont nés en octobre. ❤️

Mais pas seulement. Voici, en suivant le fil conducteur de Frau Prupru (pour les intimes), un condensé des raisons qui me font adorer cette saison:

1- Une photo qui illustre l'automne à vos yeux




Indéniablement, l'automne est la saison des couleurs. La qualité de mes photos ne saurait rendre hommage à l'explosion de couleurs que nous réserve l'automne. Toutes ces nuances de rouge, de jaune, de vert, de brun quand on traverse la campagne, m'émerveillent chaque année un peu plus. D'autant plus, quand elles sont sublimées par un ciel bleu et un rayon de soleil! Je me sens bien en automne. Les températures sont douces, les vêtements sont chaleureux, on respire mieux après un été souvent trop chaud. C'est le temps de l'apaisement et du bien-être.

2- Un plat que vous aimez savourer à cette saison



S'il ne faut en choisir qu'un, je dirais les châtaignes grillées au four le dimanche soir après une cueillette dans les bois. Mais comment ne pas citer les noix fraîches, les poêlées de cèpes et girolles, les veloutés de potiron, les gratins de courges. Et puis le raisin qui pousse en grappe le long de la grange, les tartes et crumbles aux pommes et même cette année les pêches que nous avons pu déguster jusqu'à début octobre. La nature nous offre tellement de choses en cette période de l'année! La cueillette en famille fait partie du plaisir. La confection de plats réconfortants en fin d'après-midi quand le froid commence à se faire sentir et la dégustation de ceux-ci complètent les réjouissances.

3- Un film ou une série que vous adorez regarder à cette période

Aïe aïe aïe! ça se complique. En réalité, je ne regarde plus beaucoup la télé depuis quelques années. Le soir, je tombe de sommeil après quelques lignes d'un roman ou deux articles de blogs. Je crois encore que Netflix est une marque d'électroménager. Et il faut une grande force de persuasion à mon Presque Mari pour que nous regardions un film ou une série ensemble (d'autant plus que nos goûts respectifs diffèrent quelque peu). Du coup, si quelques classiques de la période vous viennent en tête ou que vous avez des séries à me recommander chaudement, je suis toute ouïe afin de nous prévoir une soirée en tête à tête sous le plaid. (Si vous souhaitez m'expliquer en quoi consiste Netflix, je suis preneuse aussi).

4- Une chanson qui vous rappelle l'automne

Alors ne me demandez pas pourquoi, mais la première réponse qui m'est venue, c'est Bruce Springsteen, Philadelphia Soundstrack (Streets of Philadelphia). Peut-être pour le tempo mélancolique, peut-être parce que je l'écoutais au cours d'un automne passé,... Mystère.

5- Un mot qui illustre cette saison 

Sans aucune originalité: Coccooning



6- Vous aimez l'automne pour...

Mince, il me semble que j'ai un peu anticipé sur ce point-là dans mes réponses précédentes.
J'aime l'automne pour sa lumière, pour l'abondance que nous offre la nature, pour les moments gourmands au coin du feu (tiens, je n'ai pas parlé du plaisir des premières flambées), pour la rentrée des classes (même si, depuis que je suis Maman, le marathon que représente le mois de septembre, ne m'enchante plus tellement), pour les températures douces (ni trop froid, ni trop chaud), pour les nouveaux vêtements (ben oui, un peu de renouveau aussi dans le dressing, ça fait du bien au moral), pour le plaisir de réorganiser son intérieur avant l'arrivée du froid (vu qu'on va y passer beaucoup de temps au cours des mois qui arrivent) et surtout pour le bien-être que je ressens en cette saison.

Je suis une fille d'automne je crois!

Merci ma Frau Pruno pour ce challenge.


mardi 25 septembre 2018

Les activités extra-scolaires

Une fois la rentrée passée, vient une nouvelle question angoissante pour une paumée de l'organisation comme moi: comment va-t'on réussir à caser les activités de chacun dans le planning familial?

Faire des activités en dehors de l'école n'est bien sûr pas une obligation mais contribue à l'épanouissement des enfants ailleurs que dans le cadre scolaire ou familial. C'est très complémentaire à condition de ne pas transformer les soirées et les mercredis en marathon pour tout le monde.

Alors trois enfants, forcément, ça complique la donne.

Cette année, Little 3 est en Petite Section de maternelle et c'est déjà bien suffisant même si elle réclame de faire des activités comme ses grandes sœurs. Nous verrons l'an prochain avec peut-être un peu de Baby Gym.

Little 1 n'a commencé les activités qu'en CP. Nous sommes restés tranquilles pendant ses années de maternelle mais depuis, elle a testé: Danse pendant deux ans et Arts Plastiques pendant un trimestre. Cette année, elle est en CM1, elle attaque sa troisième année de Judo et débute le Piano. Little 1 a beaucoup de mal à choisir et aimerait tout faire. Nous limitons à deux activités par an. Cette année, une activité sportive et une activité artistique, c'est parfait et suffisant. Le Judo dure une heure le mardi soir, le Piano, nous occupe tout le samedi (1h1/2 de solfège et chant le matin, 1/2 heure de cours l'après-midi). Elle aimerait tester d'autres activités mais nous préférons qu'elle persévère dans la même discipline pendant plusieurs années afin de développer quelques compétences dans un domaine...tant qu'elle y va avec plaisir bien évidemment.

Little 2 a commencé les activités bien plus tôt. C'est la seule qui a fait la Toute Petite Section de Maternelle, étant née en janvier. Elle a donc testé la Baby Gym dès la Petite Section, une activité qu'elle aimait beaucoup. L'année suivante, elle voulait faire de la Danse comme sa grande sœur. Sauf qu'à peine le Tutu acheté, le cours en lui même ne l'emballait pas plus que ça. Elle a laissé tomber avant les vacances de la Toussaint. Nous n'avons rien imposé à cet âge-là. En primaire, ils sont capable de comprendre ce que veut dire s'engager sur une année. En maternelle, si cela ne lui fait pas plaisir d'y aller, cela ne sert à rien. Cette année, elle est en Grande Section et se lance dans le Karaté. Nous venons d'acheter le Kimono: nous espérons donc que l'engouement ne retombera pas trop vite! Le cours de Karaté se déroule le mardi soir comme le Judo. Nos mardis soirs sont donc consacrés au roulement Karaté-Judo.


Pour le Presque Mari et moi, une fois l'agenda hebdomadaire rempli, il ne reste plus beaucoup de créneaux. Et entre le travail, la fatigue et les imprévus, cette année encore nos loisirs resteront ponctuels: une sortie à la piscine une fois toutes les 3 semaines pour moi (le dimanche matin et je ne vous dis pas le scandale que cela provoque chez mes filles "quoiiiii? Tu vas à la piscine sans nous???? Mais nous aussi, on veut aller à la pisciiiine!!! - Non, mes belettes, c'est le moment où Maman souffle SANS VOUS justement!"). Le Presque Mari va continuer ses virées en moto même si elles se feront plus rares avec l'arrivée de l'hiver. Je crois que ce sera difficile de renouer avec des activités régulières pour nous au moins pour les 10 prochaines années (pas grave on se rattrapera plus tard quand il faudra compenser le syndrome du nid vide ;)).

Et chez vous, activités ou pas? Pour vous? Pour vos enfants? Lesquelles? Dites moi tout!

jeudi 13 septembre 2018

Nos petits compagnons*

Ce matin, au petit déjeuner, Little 1 a remis sur la table (c'est le cas de le dire) le fait qu'elle aimerait avoir un petit chien rien qu'à elle. Elle en parle régulièrement depuis quelques semaines. Je pense que cette envie d'avoir un petit compagnon, un petit confident, est le souhait de beaucoup d'enfants.

Le problème, c'est que le parent (moi) n'a pas la même vision des choses. Prendre un animal est un engagement sur plusieurs années. C'est une responsabilité qui implique d'organiser notre vie en fonction de lui (que fera le chien quand nous serons au travail, partirons en vacances...?), avons-nous prévu un budget vétérinaire,...? D'autre part, nous avons déjà un (gros) chien et deux chats.

De plus, ce qui me crispe un peu avec ces petites boules de poils, c'est leur tendance à ramener dans la maison, un certain nombre de parasites, puces et tiques. Dans la mesure où nous vivons à la campagne, je suis déjà très vigilante lorsque nous rentrons d'une promenade en forêt et je vérifie que les filles n'aient pas été piquées par une tique. Avec les va et viens des animaux dans la maison, il nous faut aussi traiter régulièrement nos petits compagnons contre les risques parasitaires internes (vers) et externes (tiques et puces) afin de préserver la bonne santé de tous et la notre. D'autant plus que les filles, le chien et les chats  adorent se câliner longuement (enfin le chien aime bien câliner les chats mais l'affection n'est pas forcément réciproque 😉) dans toutes les pièces de la maison, chambres à coucher comprise.

Ainsi, pour une protection efficace et la moins nocive pour les animaux les plus à risque et les enfants avec qui ils sont en contact, il faut traiter son animal tous les mois. Afin d'évaluer les risques auxquels ils peuvent être exposés, je vous conseille de faire le test J'aime et je protège dans le cadre de la campagne de prévention organisée par les laboratoires Boehringer Ingelheim. Il s'agit d'un questionnaire court et ludique qui permet d'évaluer rapidement les risques pour nos compagnons à quatre pattes et les enfants avec qui ils sont en contact.

Nous adorons nos animaux de compagnie, mais quelques précautions restent de mise pour que tout se passe bien.

Et maintenant, voici une petite présentation de nos pensionnaires


Kenji est un Montagne des Pyrénées magnifique (bon, OK un peu encombrant quand il est dans la maison) âgé de 3 ans. Les filles y sont très attachées. Il complète notre petite famille et fait partie du décor et de l'ambiance de notre Petite Maison. Mais pour Little 1, même si elle adore Kenji, il s'agit du chien familial. Je pense que, dans son esprit, son chien à elle, devrait avoir la taille requise pour dormir dans une panière dans sa chambre.

Afin de contourner le problème, je lui ai rappelé que nous avions aussi 2 chats, pouvant aisément remplir cette fonction: Bouboule et Bali.





Alors certes, depuis le printemps, ils ne viennent se rappeler à notre bon souvenir que le matin et le soir, à l'heure des croquettes, préférant le reste du temps, vagabonder à travers champs à la recherche de quelques mulots ou souriceaux la nuit comme le jour. Mais l'automne approchant, ils ne voudront bientôt plus mettre une moustache dehors, préférant roupiller toute la journée sur des coussins douillets au chaud contre le poêle. En général, pendant l'hiver, ils sont beaucoup plus casaniers et enclins à profiter des caresses en échange de ronrons, y compris dans les chambres des filles.

C'est cette carte-là que j'ai joué ce matin entre les tartines et le café: "patiente un peu quelques semaines et tu retrouveras des chats de salons à câliner et à qui confier tes secrets". (Être parent ou l'art de botter en touche 😁).

Et vous, vous avez des petits compagnons? Vos enfants en réclament? Dites moi tout!

Et n'oubliez pas le chatbot si vous souhaitez évaluer vos risques en matière de parasites.


*Article sponsorisé 









lundi 3 septembre 2018

Ma dernière première rentrée

Voilà, tout le traumatisme est dans le titre: mon dernier bébé vient de faire sa première rentrée scolaire.

Comment ça, ça fait trois ans que je vous bassine avec le fait qu'il me tarde que mon bébé grandisse? Que j'en ai marre des couches et des nuits pourries? (surtout des nuits pourries) Que je ne suis plus faite pour les grossesses et les nouveaux-nés? Et maintenant je viens chouiner parce que ça y est, ma dernière est entrée à l'école et que je ne peux plus faire machine arrière? Elle abuse pas un peu, là?

ET BIEN OUI! Je ne suis pas à un paradoxe près voyez-vous! Je mange du chocolat et après je chouine parce qu'il s'est accroché à mes hanches! Je ne veux plus de bébés, je veux retrouver un peu d'autonomie (et des nuits complètes) mais il n’empêche que j'avais le cœur gros ce matin devant sa petite mine décidée (ça fait trois mois qu'elle en parle de l'école!) mais avec, néanmoins, la tututte vissée sur la bouche et le poupon-doudou fourré dans le cartable hier après-midi avec le maillot de bain déchiré qu'elle a porté tout l'été. Et oui, notre petite poulette préparait aussi sa rentrée, partagée entre son envie de grandir et ses appréhensions (il a fallu négocier un peu pour retirer le maillot de bain du sac).

Toute la journée, j'ai oscillé entre vague à l'âme, soulagement, hâte d'arriver à la fin de la journée, et autres sentiments et ressentiments.
Il me tardait de savoir comment ça s'était passé pour elle et ses sœurs, d'avoir le débrief, même s'il nous faudra quelques jours pour vraiment se rendre compte. Évidemment, aucun cataclysme a l'horizon, juste un peu d'excitation devant tant de nouveautés et une soirée en mode pies.

Elles vont prendre leurs marques doucement et nous, trouver un nouveau rythme à 5. Nous ouvrons aujourd'hui un nouveau chapitre familial que je souhaite le plus doux et le plus harmonieux possible.




(Quiconque s'aviserait de nous suggérer de faire le quatrième serait contraint de nous inviter à diner AVEC les 3 filles et de ne pas lésiner sur l'apéro!). (Bisous).





mercredi 30 mai 2018

Vendre ses affaires en ligne

Actuellement dans une période de tri et désencombrement , j'ai testé la vente en ligne pour donner une seconde vie à nos affaires et mettre quelques sous de côté.


Je reviens donc sur les 2 sites que j'ai testé et sur lesquels je vous donne mon avis après quelques mois d'utilisation:

Vinted: il s'agit d'une plateforme de revente en ligne de vêtements mais on peut également y trouver de petits objets, bijoux ou jouets. Je n'ai pas testé l'achat sur le site, j'ai du mal à acheter de seconde main. En revanche, j'ai mis en vente des vêtements de bébé des filles et quelques unes à moi.
Mon avis: le site est très simple d'utilisation. Il suffit de créer son compte en quelques clics, puis de prendre des photos qui se retrouvent instantanément sur le profil créé. Avec l'application, cela va encore plus vite. Dès qu'un acheteur se présente, nous recevons une notification ou un mail. Il suffit alors de valider la vente, d'imprimer le bordereau d'envoi et de déposer le paquet dans un Mondial Relai, les frais d'envoi étant à la charge de l'acheteur.
Mon expérience: après 3 mois passés sur le site, je n'ai réalisé que 2 ventes mais je dois avouer que j'y passe peu de temps. Il s'agit d'une plateforme qui fonctionne en communauté et je pense que pour optimiser ses ventes, il faut quelques astuces comme se connecter régulièrement, être actif sur les forums et y présenter son dressing (ce que je ne fais pas), aller regarder les dressings des autres et mettre des articles en favori, tout ceci entrainant un peu plus de visibilité pour son propre dressing. Il faut également mettre de nouveaux articles en ligne régulièrement (....ce que je ne fais pas non plus) de façon à ce que le compte reste actif. Enfin, comme pour toute vente, il est conseillé de prendre de belles photos, plusieurs pour chaque article afin que l'acheteur puisse se faire une idée précise du produit (...ce que, vous l'aurez deviné, je ne fais pas). Pour réussir ses ventes, il faut s'investir donc. Et y passer du temps. En ce qui me concerne, j'y passe un temps minimum. Quand une vente se réalise, je suis contente, si il y a des périodes creuses tant pis. De toute façon, ce sont des vêtements qui dorment dans les armoires ou les cartons. Mes deux ventes se sont bien passée et j'ai reçu des évaluations positives (ce qui est important pour encourager de futurs acheteurs). Je veille à ce que les vêtements que j'expédie soit lavés et repassés (la base), dans un colis soigneusement emballé avec un petit mot pour accompagner (c'est plus sympa) et si un acheteur souhaite acheter un lot, j’arrondis la somme sans les centimes et je rajoute un bonus s'il me prend un gros lot. Je n'ai pas beaucoup de recul, certains ont eu de mauvaises expériences avec des acheteurs de mauvaise foi et un service d'assistance de la plateforme quasi-inexistant. En gros, s'il y a un litige dans la transaction, personne ne vient à la rescousse. Le paiement est sécurisé néanmoins et le paiement se fait à l'achat. Il est crédité sur le compte Vinted de la vendeuse dès que l'acheteuse a validé la bonne réception du colis. Il suffit alors de demander le virement de la somme sur son compte bancaire.
Je suis curieuse d'avoir vos avis pour ceux qui utilisent Vinted? Tout se passe bien? En êtes-vous content et avec-vous des conseils pour les nouvelles Vinties?

Momox: Il s'agit d'un site de revente en ligne de livres d'occasion. Nous avons tous dans les bibliothèques des livres qui dorment et prennent la poussière. Certains que l'on ne relira jamais. Du coup, j'ai fait un tri dans les bouquins aussi et j'ai fait deux envois séparés (j'ai d'abord envoyé un premier lot histoire de voir et puis un deuxième quand j'ai été rassurée par ma première expérience).
Mon avis: Encore une fois, tout est très simple: il suffit de scanner le code barre du livre dans l'application ou de le rentrer sur le site et immédiatement nous avons une proposition de rachat. Un certain nombre de livres sont repris à moindre coût (0,15 centimes, 0,25 centimes), d'autres à 2, 3 ou 4 Euros et enfin il y a quelques bonnes surprises (jusqu'à 15 Euros en ce qui me concerne) ce qui augmente le prix de vente du lot. Puis, une fois la vente validée, il suffit d'imprimer le bordereau d'envoi, ne pas oublier de glisser dans le carton le récapitulatif de la vente (transmis par mail), bien caler les livres avec du papier journal afin d'éviter les dommages pendant le trajet et déposer le tout au Mondial Relay, les frais d'envoi étant pris en charge par Momox.
Mon expérience: J'ai effectué une première vente de 29 livres (tous genres et formats confondus) puis une deuxième vente de 24 livres. Le colis a mis environ deux semaines pour arriver jusqu'en Allemagne, environ deux-trois jours pour que la vente soit traitée et encore trois jours pour que la somme soit virée sur mon compte. Soit environ 3 semaines entre l'envoi du colis et le règlement. Tous mes livres ont été repris, y compris un très abîmé qui était repris à peine 15 centimes et que j'ai joint quand même sinon il partait à la poubelle. Les autres étaient en bon état général. Je précise tout ça car il faut savoir qu'en cas de livre refusé à l'évaluation du colis, les frais de retour sont à la charge du vendeur. En gros, si tu veux récupérer ton bien, tu paye le retour sinon c'est perdu (Ben oui, il faut bien un bémol). En ce qui me concerne, l'intégralité du colis a été accepté à chaque fois. Un autre site propose de racheter les livres en ligne: il s'agit de Gibert Joseph. Je n'ai pas fait le comparatif (la flemme) mais il parait que c'est plus avantageux. Par contre, les frais d'envoi sont déduis de la vente (si j'ai bien compris) et les critères d'évaluation sont plus drastiques: pas de pages cornées, pas de tâches,... ce qui était le cas de quelques livres que j'ai expédié chez Momox. Donc je n'ai pas pris de risque. Si j'habitais près d'une ville où il y a un Gibert Joseph, j'y serais probablement allée directement pour évaluer sur place mais comme je suis loin de tout et que la vente en ligne reste le plus commode, je suis allée au moins risqué a priori quitte à perdre un peu.
Sur ces deux ventes, ce qui a été le mieux repris, ce sont mes anciens livres de cours de psycho et de ma formation d'éducatrice ainsi que quelques albums illustrés des filles (nous avons fait le tri aussi dans leur bibliothèque). Les livres de poche sont mieux repris que la première édition également, surtout quand le bouquin date de quelques années.
Ma bibliothèque étant bien épurée désormais, je ne referai pas d'envoi tout de suite mais ces deux premières transactions ont été plutôt positives.

Voilà pour mes expériences de revente en ligne ces dernières semaines. Dans les prochains mois, je voudrais tester la vente sur les groupes Facebook de matériel de puériculture ou de jouets bébés. Pour ceux qui connaissent, ça marche?

lundi 28 mai 2018

Test des couches Lotus Baby

Il y a quelques temps, nous avons reçu en test les nouvelles couches Lotus Baby. Je ne suis pas en avance pour en parler d'autant plus qu'à l'heure actuelle, nous sommes surtout en train de mettre la pression à Little 3 sur l'apprentissage de la propreté avec la perspective de la rentrée à l'école en septembre. Mais la mignonne continue d'apprécier le confort de la couche sans se sentir concernée par le pot.
Les Lotus Baby seraient-elles trop confortables du coup?


Évidemment! Elles sont douces, n'ont pas cette odeur chimique qui émane de celles d'autres marques et nous ne déplorons aucune fuite, même après une looooogue nuit (comprendre: si on tarde à lui changer la couche nocturne le matin). D'autre part, pour la peau sensible et réactive de notre bébé, elle est vraiment parfaite.

La marque communique beaucoup sur la composition de ses couches avec une maitrise totale du processus de fabrication (pas de sous-traitant) et des analyses effectuées par des labels indépendants. En trois bébés, j'ai testé un certain nombre de marques différentes et les Lotus Baby font partie de mes préférées en toute objectivité. Je les recommande sans hésiter aux jeunes parents de mon entourage.

Nous avons également reçu une boite de lingettes mais là, je suis moins emballée. Little 3 ne supporte pas les lingettes qui l'irritent et lui déclenche des rougeurs et celles-ci n'ont pas fait exception à la règle. Du coup, nous restons au coton et liniment ou simplement à l'eau.

Pour résumer, en mère désormais expérimentée et bientôt débarrassée des couches, dents qui poussent et nuits pourries, je n'ai qu'un conseil aux jeunes parents: bon courage hi hi hi! Oups pardon. Reprenons: si vous recherchez des couches fiables, confortables avec une composition correcte, foncez sur les Lotus Baby!

lundi 23 avril 2018

Tri, désencombrement, minimalisme: ne jetez pas tous vos souvenirs!

Pour ce troisième article de l'année (pas très productive en ce début 2018, mon attention était concentrée sur d'autres choses), j'ai envie de partager avec vous mon expérience personnelle et mon ressenti face à la tendance du désencombrement et du minimalisme qui ont le vent en poupe actuellement.


Il y a 2 ans, j'ai lu un certain nombre de bouquins sur le rangement et le désencombrement (moi, la bordélique chronique, qui gardait le moindre bouchon de stylo "au cas où ça pourrait servir"). J'ai trouvé ça passionnant. Marie Kondo et autres papes du rangement me donnaient les clés pour réussir à me séparer de plein de choses inutiles qui encombraient mes placards. Il faut dire que je suis un cas pratique intéressant. Jusque là, je pouvais même garder des vêtements tâchés, mes vieux cours du lycée ou toutes les brochures des endroits où j'étais allée en vacances.
J'ai donc commencé une détox de mon dressing, j'ai donné un maximum de vêtements que je ne mettais plus (depuis j'ai découvert Vinted* mais j'y reviendrais plus longuement quand j'aurais un peu de recul sur son utilisation), puis j'ai tenté un vide grenier (sans succès: mauvaise organisation et mauvais temps, je retenterai peut-être l'expérience cette année) et dernièrement, j'ai tenté la revente en ligne de livres (idem, j'ai testé Momox mais j'en parlerai quand j'aurais plus de recul). Enfin, j'ai beaucoup jeté.

Et cela a été bénéfique. Mais. Mais. Mais...

Au moment où je m'attaquais à ma boite à bijoux, pleines de breloques fantaisies, cassées pour la plupart, mes Littles me sont tombées dessus: s'exclamant à chaque bracelet: "Ouaouh! ça c'est pour moi! Je peux le prendre Maman?". Je les ai finalement abandonnées avec la boite et cela les a occupées toute l'après-midi. Et je me suis rappelée les heures passées à explorer la boite à bijoux de ma grand-mère, à jouer dans le grenier au milieu des meubles d'un autre temps et à rechercher des "trésors" oubliés. Et du plaisir que ça me procurait. J'ai donc réfléchi 2 minutes à la limite de ce que "désencombrement" impliquait chez moi. Et j'en suis arrivée au constat qu'il me fallait établir des critères plus personnels.

Je ne suis absolument pas prête à me séparer d'objets ou de vêtements "souvenirs". Oui, je garde dans mon armoire le pull de mes 15 ans ou ma robe de grossesse. Oui je garde aussi les lettres de ma correspondante allemande de 4ème que je ne relirai probablement jamais mais ce sont mes objets et j'y tiens. Même si ça prend de la place dans mes placards. De la même façon, même si les chambres de mes filles sont encombrées de jouets, cassés pour certains, je respecte qu'elles y tiennent et refusent de les donner/jeter. Après tout, telle poupée décoiffée qui me semble bonne pour la poubelle a peut-être une valeur sentimentale à leurs yeux. Je leur suggère mais je n'impose pas.

Le minimalisme et le désencombrement ont des vertus. Vivre dans un environnement épuré est apaisant pour l'esprit. Renoncer aux sirènes de la surconsommation, avec le "juste ce qu'il faut" pour vivre bien est un concept qui me parle aussi. Mais nos possessions matérielles ont aussi une valeur sentimentale et certains objets "font du bien". Parce que c'est réconfortant de savoir qu'ils sont là.

A la question: "et si demain, tu perds tout, comment feras-tu?", une expérience récente me pousse à répondre "c'est que c'était le moment de m'en séparer". Depuis 15 ans, je portais autour du cou ma médaille de baptême en or. C'était un peu mon porte bonheur. Il y a quelques mois, la chaine s'est cassée et la médaille est tombée. Étant chez moi, j'ai pu ramasser la médaille et remplacer la chaine. Quelques semaines plus tard, en rentrant chez moi, j'ai découvert que la nouvelle chaine s'était cassée aussi. La chaine était resté sous mon pull mais je n'ai jamais retrouvé la médaille. Celle-ci avait une petite valeur financière et une grosse valeur sentimentale. Je suis assez triste mais finalement, je me dis, que pour avoir cassé deux fois la chaine, je pense que ma médaille avait vraiment décidé de me quitter!

Il s'agit d'un événement extérieur, indépendant de ma volonté, donc je n'ai pas de prise dessus. En revanche, l'acte de jeter ou de donner est quelque chose de volontaire. Aujourd'hui, j'essaye de trouver le juste milieu entre garder ce qui me fait du bien, ce que je souhaite transmettre à mes filles, voir anticiper ce qu'elles aimeraient garder ou découvrir sans transformer ma maison en brocante ou dépôt. Et cela me convient bien.

Et vous, vous êtes plutôt du genre minimaliste ou écureuil?


*vente en ligne de vêtements entre particuliers